Le port, partenaire des filières

Thee port, partener of filières

Le Port de Rouen, toujours compétitif

Hors céréales, le trafic 2017 de HAROPA - Port de Rouen est en légère progression de +1,7 % par rapport à l'année précédente.

Céréales

Rouen conserve sa place de leader ouest-européen

5,5 Mt
exportées

Le début de l'exercice 2017 est affecté par la mauvaise campagne 2016-2017, avec, au final, une baisse de 17,8 %, soit 5,5 Mt exportées, contre 6,7 Mt en 2016. Le second semestre a été à la hauteur des espérances avec une récolte meilleure en qualité comme en quantité. Les achats algériens et marocains, sur les dernières semaines de 2017, ont généré un flux minimum qui a permis à HAROPA - Port de Rouen d’assurer 40 % des exportations céréalières françaises en 2017. Rouen conserve sa place de premier port ouest-européen pour l’exportation de céréales.

Vracs liquides

Les produits raffinés générateurs de trafic 

9,8 Mt

Avec un total de 9,8 Mt contre 9,9 en 2016, les vracs liquides sont en très légère baisse. Cependant, les produits raffinés qui représentent les deux-tiers du trafic restent identiques (6,63 Mt, vs 6,64 Mt en 2016). Or, les marges sur ces produits ont été très favorables. Dans le même temps, les raffineries de l’axe Seine ont connu un plein rendement cette année — contrairement à 2016 — ce qui a fortement touché les importations, sans affecter pour autant le trafic total.

Vracs solides

Un marché impacté par le recul des céréales

-8,7 %

La baisse sensible du trafic en termes de vracs solides (- 8,7 % avec 8,9 Mt) est la conséquence directe de la mauvaise récolte céréalière 2016-2017. En effet, hors céréales, les vracs solides ont connu une hausse de 12 % à 3,35 Mt (vs 2,9 Mt en 2016). Les engrais solides sont en progression de 12,4 % (683 879 t) et les agrégats en hausse de 16,5 % 
(380 000 t). Ces derniers devraient d’ailleurs croître de façon sensible avec l’avancée du chantier du Grand Paris Express. Seul le charbon est en recul (-22 %) avec 230 000 t, conséquence directe du passage au bois énergie de la centrale EDF de Vitry-sur-Seine, fonctionnant auparavant au charbon.

Conteneurs

De nouvelles offres pour contenir la baisse / le ralentissement du trafic

-0,8 %

Le trafic des conteneurs recule très légèrement avec – 0,8 % en 2017 (87 760 EVP en 2017, vs 88 478 EVP en 2016). En 2017, le trafic conteneurisé global de HAROPA - Port de Rouen s’est stabilisé au niveau de l’année précédente, marquant la fin d’une période complexe, due en grande partie à la situation en Afrique centrale, un des cœurs de cible des opérateurs du Port. Les nouvelles offres de navires entièrement conteneurisés de l’armement Seatrade à partir du terminal de Radicatel, notamment sur l’arc Antillais, ont permis de développer le trafic. De leur côté, les activités breakbulk sont bien orientées, en partie grâce aux escales des navires de la compagnie UAL mises en place depuis 2017.

Marchandises diverses

Les filières bois et sucre dynamisent les trafics

-0,4 %

1,33 Mt de conventionnel (ou marchandises diverses) a été traitée en 2017, contre 1,34 Mt en 2016, (-0,4 %). Depuis plusieurs années, ce secteur est en recul face à la conteneurisation de nombreuses marchandises. Les produits forestiers et papetiers progressent cependant de 26,5 % avec 301 441 t (contre 238 362 t en 2016). La suppression des quotas européens d’exportation de sucre, le 1er octobre, a permis au terminal Robust une montée en puissance sensible des traitements, que ce soit pour les sacs, le vrac ou les conteneurs.